Le spectateur condamné à mort

Spectacle présenté par l’Acap-Art et Culture à Pornic, et la Cie des Ex-Symbols de Cholet : "Le spectateur condamné à mort", d’après le roumain Matéi Visniec.

Amphithéâtre de Pornic

« L’Amphithéâtre » de Pornic accueillait le samedi 31 octobre la troupe des Ex-Symbols, qui présentait une adaptation de la pièce du dramaturge roumain Matei Visniec « Le spectateur condamné à mort ».

Cette troupe d’amateurs, composée de 8 comédiens et deux techniciens, a reçu pour cette pièce mise en scène par Annie Chauveau, du Théâtre de l’Equinoxe, le 2ème prix du jury 2009 au Festival de Théâtre Amateur de Machecoul (organisé par le Grand T Amateur), et le Prix de Kerhervy (ville de Lanester).

Amateurs, certes, mais pas débutants !

Ils en sont à leur quatrième production.
Dès 2004, la troupe avait reçu un Arlequin d’argent au Festival des Arlequins de Cholet, avec Histoires d’A, déjà dirigée par Annie Chauveau.

Ils participent par ailleurs au Cabaret des Passions, organisé par le TRPL, troupe professionnelle dirigée par Patrick Pelloquet.

Dès son entrée dans la salle, le spectateur attentif remarque une anomalie : les comédiens sont déjà sur scène, s’observant entre eux ou observant le public qui s’installe, sur fond sonore de grincements, de pas dans d’interminables couloirs, de lourdes portes métalliques se fermant sur on ne sait quelle cellule, allégé cependant de passages musicaux.

Le spectateur s’installe, regarde les comédiens : l’aspect de chacun de ces magistrats crée un malaise certain.

Le spectacle commence : un long silence… puis « Mesdames et Messieurs, il y a un criminel parmi nous ».

Voilà, on le sait, chaque spectateur est un coupable en puissance. Le ton, et le thème de la pièce, est donné : chaque être humain –spectateur ou pas- est un criminel en puissance, et doit être jugé en tant que tel.

La suspicion s’étend comme une tache d’huile : les témoins finissent par être suspects, la culpabilité est jugée avant d’être prouvée. Celui qui n’a rien à dire , celui qui ne veut rien dire est encore plus suspect : « cet homme a été déclaré criminel, a été humilié…et il n’a pas réagi », « ce spectateur n’a pas protesté, il doit être exécuté ».

Cette pièce basée sur la crainte de l’autre et l’ignorance de la présomption d’innocence, est heureusement représentée avec brio et humour, et se termine par un show hilarant de l’avocat de la défense.
La mise en scène, et la qualité des acteurs, permettent à la fois la réflexion sur un sujet grave et le rire .
Un bon spectacle.

Voir en ligne : Cie des Ex-Symbols