Le polar venu du froid

Lecture d’extraits du roman de Henning Mankell, « Le retour du professeur de danse », mise en scène par Christophe Rouxel.

Quelle bonne idée d’investir un lieu comme l’alvéole 13 de la base sous-marine pour une lecture de polar !… Le lieu s’y prête…. Chargé d’histoire, et d’histoires… inquiétant et glorieux à la fois.

Lundi 1er février, Giuseppe Larson menait l’enquête. Pourquoi avait-on tué Herbert Molin ? Le jeune Stefan Leedman, qui avait collaboré avec lui dans la police, atteint d’une maladie qu’il pense mortelle, cherche aussi. Qui en voulait donc à ce point à ce policier retraité, danseur de tango, si seul qu’il ne pouvait plus danser qu’avec sa poupée gonflable, Esmeralda, et semblait savoir qu’il n’en aurait jamais fini-malgré tout- de payer l’année 1945 ?

Bien sûr, il faudra lire le roman pour en savoir plus. Le but du jeu était de nous mettre l’eau à la bouche…

La mise en scène était à la hauteur : les lumières, les couleurs, les ombres, la voiture de police…(le froid était convoqué par le polar, et avait répondu présent).

La lecture est un exercice difficile pour les comédiens. Pas assez de liberté, peut-être. Ces longs passages narratifs soutenaient inégalement le suspense…

Un moment agréable et apprécié cependant.